Jean Yves Bonnet

Jean-Yves Bonnet est l’un des enfants les plus célèbres de Salmiech, un pionnier de l’équitation moderne : le cheval dans la ville, la randonnée équestre, la relation cheval-cavalier, il les avait déjà définies et les mettaient en pratique dès les années 1960.

Photo : Alain Druihle

Il a été l’un des premiers civils à être admis à l’École Nationale d’Équitation de Saumur, établissant ainsi des rapports privilégiés avec le Cadre Noir. Pendant vingt ans, il a animé le carrousel de Saumur et les cavaliers du Cadre Noir sont venus se perfectionner en voltige à Salmiech.

route-du-sel

Il a été le premier instructeur équestre en Aveyron, formant ses premiers élèves au haras national de Rodez où fut créé le premier centre équestre du département. Puis il créa sa propre école d’équitation à Salmiech où il a enseigné à ses élèves les bons soins à apporter aux chevaux ainsi que le dressage classique ou la voltige, tout en les entraînant sur les chemins autour de Salmiech. De nombreux cascadeurs et voltigeurs ont appris leur métier auprès de lui.

Il fut aussi l’un des fondateurs du tourisme équestre. C’est à la suite d’un séminaire à Rodez que furent nommés les vingt maîtres randonneurs qui ont fondé l’ANTE (Association Nationale du Tourisme Équestre) dont la première randonnée probatoire relia Salmiech à Peyrebrune en 1972.

Photo : Claudia Duffé

Préserver les chemins de l’histoire, écouter le silence, ces principes le poussèrent à fonder en 1970 l’association des Chevaliers de Peyrebrune puis celle de la Route du Sel en 1984. Il y réunit des femmes et des hommes de toutes origines et univers, unis dans la recherche d’un même idéal, d’une même quête, celle de la communion avec le cheval, de la sauvegarde des espaces naturels, de la protection de la faune et de l’histoire de l’Aveyron.

Avec la Route du Sel, première randonnée itinérante, il reliait la Méditerranée au Rouergue. En 2004, il marcha également sur les pas d’un autre Salmiechois célèbre, Béranger de Landorre (1262-1330) qui fut archevêque de Saint-Jacques de Compostelle, lorsqu’il relia Salmiech à la cité espagnole, à cheval avec ses quatre juments qu’il montait alternativement en dextre.

Il fut un précurseur dans le domaine de la voltige équestre, c’est à Salmiech qu’eurent lieu les premiers championnats de voltige en cercle et sur la ligne droite en France.

Le village a également accueilli le premier concours d’attelage du département.

route-du-sel-2C’est toujours à Salmiech que se réunirent dès leurs débuts les associations du cheval andalou et des professionnels de l’équitation. Jean-Yves Bonnet élevait lui-même des chevaux ibériques et barbes.

À Marseilles, dans les années 1960, il rencontra Denys Colomb de Daunant, co-créateur de « Crin-Blanc ». Une solide amitié se créa entre eux. Jean-Yves Bonnet découvrait la Camargue et participait aux spectacles là-bas, les Camarguais venant eux aussi prêter main forte à l’Aveyronnais.  En  effet, Jean-Yves Bonnet a créé et animé les premiers spectacles de chevalerie à Cordes, Carcassonne ou Gourdon à une époque où les seuls spectacles équestres existants étaient ceux présentés par l’École Espagnole de Vienne et le Cadre Noir de Saumur. Ses spectacles relevaient d’une double envie, poétiser le cheval et donner envie de communiquer, parler, vivre avec lui, confiait-il, tout en mettant en valeur l’histoire du pays.

Photo : Claudia Duffé

Pour Jean-Yves Bonnet, il n’est pas question de dressage mais d’éducation. Le cheval ne doit pas être enfermé dans une discipline mais il doit s’exprimer aussi bien dans un manège en haute école que sur les chemins de randonnée. Il en donnait d’ailleurs l’exemple avec son cheval Favori qui brillait en dressage et qu’il montait en randonnée. Sa philosophie, il l’a mise en mots dans un ouvrage qui la résume bien « L’éducation du cheval dans la joie » (Actes Sud).

©Virginie Bauer co-auteur avec Jean-Yves Bonnet de « L’éducation du cheval dans la joie ».